Jafar Panahi

Publié le
Mardi 12 Juillet 2022
Jafar Panahi

Le scénario est, hélas, éculé, mais les autorités iraniennes le répètent à l’envi. Elles s’en prennent à nouveau à deux de leurs éminents cinéastes. Après Mohammad Rasoulof, le réalisateur du Diable n’existe pas, samedi, c’est au tour de son ami Jafar Panahi, ours d’or en 2015 avec Taxi Téhéran, d’être incarcéré lundi, en venant s’enquérir de sa situation. En cause, leur soutien à une pétition réclamant l’arrêt de la répression des manifestations. Les protestations ont commencé après l’effondrement d’un immeuble, propriété d’un proche du régime, à Abadan. Il a provoqué la mort de 43 personnes. En 2010, Jafar Panahi avait été condamné à six ans de prison et à vingt ans d’interdiction de réaliser ou d’écrire des films, de voyager ou de s’exprimer dans les médias pour propagande contre le régime. C’était déjà pour avoir soutenu des manifestations.

Plus d'articles sur les sujets qui vous intéressent : 
jafar panahihomme ou femme du jourcinémaIran