Trois femmes puissantes déploient leurs œuvres

Musique La chanteuse féministe Oumou Sangaré, la diva Lisa Ekdahl et la saxophoniste Jeanne Michard invitent à des périples captivants.

Publié le
Vendredi 23 Septembre 2022
Entre débordante énergie et abandon à la lenteur, Timbuktu d’Oumou Sangaré enivre par son harmonieuse profusion. holly whitaker
Entre débordante énergie et abandon à la lenteur, Timbuktu d’Oumou Sangaré enivre par son harmonieuse profusion. holly whitaker

Dans les albums d’Oumou Sangaré ( Timbuktu), Lisa Ekdahl ( Grand Songs) et Jeanne Michard ( Songes transatlantiques), on entend différentes personnalités, mues par un même moteur : le développement d’un discours artistique personnel, l’indifférence aux injonctions, le souffle de la liberté. L’icône féministe Oumou Sangaré chantera au Festi’Val de Marne (30 septembre), au Nancy Jazz Pulsations avec GoGo Penguin et Selah Sue (15 octobre), puis à la Philharmonie de Paris pour un hommage à Tony Allen avec Oxmo Puccino et d’autres (16 octobre). La « jazz singer » scandinave Lisa Ekdahl continuera de présenter son disque à Vélizy-Villacoublay (le 23) et à Lens (le 24), tandis que la saxophoniste Jeanne Michard sèmera ses rythmes afro-latins à l’Espace Daniel-Sorano (Vincennes, 20 octobre).

Coincée à Baltimore pendant la pandémie, Oumou Sangaré s’y est lancée dans la conception de son 13e album avec le joueur de n’goni Mamadou Sidibé. L’infatigable superwoman en a profité pour prendre son temps. Il en résulte une rare association entre sa débordante énergie et l’abandon à la lenteur suggéré par le confinement. Dès l’introduction ( Wassulu Don), on perçoit la griffe afro-blues-rock du guitariste Pascal Danaë (du trio Delgres), coréalisateur du disque. On est enivré par le tourbillon de balafon, basse, slide guitare, dobro… Avec le titre Timbuktu, Oumou la vaillante exhorte ses compatriotes à la mobilisation des consciences. Sa voix ample se déploie jusqu’à enlacer le ciel.

Pour Grand Songs, Lisa Ekdahl s’empare de chansons pop. Dans la chaleur de son timbre cohabitent Billie Eilish ( Wish You Were Gay), Beyoncé ( If I Were a Boy), Bob Dylan ( Most of The Time)… En connivence avec un piano stride, elle s’approprie Dream a Little Dream of Me (du Great American Songbook). En mode bossa nova, I Should Have Known Better (des Beatles) nous berce avec délice. Grand Songs se savoure comme une caresse.

À découvrir absolument, Jeanne Michard et son Latin Quintet dans Songes transatlantiques, dont elle a signé les superbes compositions. Sa sonorité au ténor concilie, comme chez Sonny Rollins, rigueur et ferveur. Comme le maître aussi, cette inclination pour le jazz afro-latin, qu’elle a cultivée lors de séjours en Amérique du Sud, à New York et à Cuba. Un périple enthousiasmant !

Oumou Sangaré, Timbuktu (World Circuit/BMG), www.oumousangareofficial.com. Lisa Ekdahl, Grand Songs (Masterworks/Sony), www.lisaekdahl.com. Jeanne Michard, Songes transatlantiques (Parallel Records/Socadisc).
Plus d'articles sur les sujets qui vous intéressent : 
Musiquejazz