« La presse est un enjeu démocratique »

Rencontre. Le traditionnel repas des professionnels de la presse s’est déroulé jeudi soir, à la Fête de l’Humanité. Devant l’augmentation folle de tous les postes de dépenses, les syndicats patronaux ont tiré la sonnette d’alarme.

Publié le
Mardi 13 Septembre 2022
Fabien Gay, lors du dîner des professionnels de la presse le 8 septembre 2022. Julien Jaulin
Fabien Gay, lors du dîner des professionnels de la presse le 8 septembre 2022. Julien Jaulin

La presse est un agglomérat de professions qui ne se rencontrent jamais, sauf à la Fête de l’Humanité : depuis vingt-huit ans, tous les acteurs des syndicats patronaux et salariés, ainsi que la ou le ministre de la Culture en place, Rima Abdul-Malak cette année, se retrouvent, à l’invitation du journal de Jaurès, le jeudi 8 septembre, sur cette ville éphémère.

Et pour cette 87e édition de la Fête, le ton était à la gravité. Parce que, face au risque de pénurie et à l’augmentation délirante du prix du papier, les journaux sont à la peine. Parce que, à ces frais se rajoutent ceux des tarifs postaux et de portage, eux aussi en hausse et avec un service moindre, qui mettent en danger la distribution des journaux. Parce que le prix de l’énergie, de l’encre et des carburants flambe, et met toutes les industries du secteur en péril. Parce que, enfin, a rappelé Fabien Gay, le directeur de l’Humanité et sénateur de Seine-Saint-Denis, « l’accès à l’information ne peut, en aucun cas, se trouver corrélée à la rentabilité. Elle relève de l’intérêt général. Il ne s’agit pas là d’un problème technique ou économique ; il s’agit d’un enjeu démocratique, celui d’une inégalité d’accès à l’information et à la diversité des opinions et des analyses. Il s’agit d’une remise en cause de l’égalité républicaine ». Or, c’est l’État qui est, constitutionnellement, le garant du pluralisme et de la diffusion de la presse.

Des solutions face aux menaces qui pèsent sur la presse

Le directeur de l’Humanité a salué les 55 journalistes décédés depuis le début d’année, la mémoire de Frédéric Leclerc-Imhoff, mort en Ukraine, et de la journaliste d’Al Jazeera, Shireen Abu Akleh, tuée en Palestine le 26 mai. Il a aussi eu une pensée pour le journaliste français retenu en otage au Mali, Olivier Dubois. Tous ces journalistes, engagés dans des guerres, aident à la connaissance et à la compréhension du monde, a-t-il dit en substance, créant « des citoyens et des citoyennes éclairés, donc capables d’agir au quotidien pour former un peuple libre et souverain ».

Il a aussi affirmé le rôle central de l’audiovisuel public, qui « est fondamental et nécessaire, contrairement à ce que dit l’extrême droite qui veut le privatiser, donc le vendre. Mais le vendre à qui ? À Amazon ? À Google ? Quelle puissante idée pour défendre la souveraineté nationale ! » s’est emporté Fabien Gay.

Le directeur de l’Humanité propose quelques solutions face aux menaces qui pèsent sur la presse : d’abord « une mutualisation et une coordination des éditeurs, tant pour le transport des journaux que pour leur impression ». Il estime que, le cas échéant, « des investissements et des aides de l’État seront nécessaires ». Il alerte aussi sur le spectre bien réel « d’une pénurie de papier en Europe », avec l’explosion des commandes à domicile et du besoin de carton, augmenté par la spéculation, et propose donc « la mise en place d’un fonds spécifique ». Compte tenu des révolutions opérées ces dernières années et de l’inflation des dépenses, il s’est aussi agacé, devant la ministre Rima Abdul-Malak, de l’ostracisme dont est victime l’Humanité en termes de ressources publicitaires, censées depuis 1945 assurer l’indépendance des journaux. Ostracisme, note-t-il, qui vient aussi de la publicité publique, ce qu’il juge « inadmissible ».

Il « faut aller chercher les gros sous »

Alain Augé, le président du Syndicat des éditeurs de la presse magazine (SEPM) s’est aussi vivement inquiété des surcoûts de l’énergie. « Face à un risque démentiel, ce n’est pas à un risque de récession » que la presse va devoir faire face « mais de rupture », a-t-il tenu à alerter, évoquant la dépression de 1929. Il a plaidé pour la reconnaissance des droits voisins. Pour lui, la première victoire obtenue sur Google est un signe qu’il « faut aller chercher les gros sous », dans les poches des Gafam. « C’est une question de survie de la presse ». Pierre Louette, pour l’Alliance de la presse, a rappelé que les titres sont engagés « dans une transformation avec le soutien des actionnaires, des lecteurs, de l’État ». Et que les résultats sont là, puisque l’audience de ces journaux augmente.

Rima Abdul-Malak, la ministre de la Culture, a écouté les intervenants et les a assurés de sa solidarité. Elle a rappelé que les décisions budgétaires se prennent « à Bercy ». Elle a tenu à mettre en avant les réalisations sur le secteur, tel le plan filière, et le travail sur la transition écologique dans la presse. Elle a confirmé la création d’une maison du dessin de presse. Et surtout indiqué la création d’états généraux du droit à l’information. Elle a enfin tenu à promouvoir la lecture chez les jeunes publics, qu’elle reconnaît « être encore difficile, avec le passe culture ».

Nous avons besoin de vous !

Aidez-nous à soutenir le travail de notre rédaction de 80 journalistes et porter dans le débat public la voix d'un média libre, utile et engagé.

Retrouvez toutes nos informations exclusives, nos analyses, reportages et décryptages avec cette offre spéciale d'abonnement :

  • 9,90 € par mois pour un abonnement digital au quotidien + magazine (au lieu de 13,50 €, soit une économie de 43€ sur l'année)
  • Accédez au quotidien papier en version numérique dès 21 heures 30 la veille, et chaque semaine à l'édition numérique de l'Humanité magazine 
  • Bénéficiez d'un accès illimité au site Humanité.fr et à l'application : toutes nos vidéos, chroniques, cartes interactives, analyses, grands entretiens, ainsi qu’aux plus de 500 000 articles dans nos archives !
  • Et l'abonnement est résiliable à tout moment en contactant notre service lectrices et lecteurs
  • Pour profiter de cette offre spécial Fête de l'Humanité, rendez-vous ici !

Plus d'articles sur les sujets qui vous intéressent : 
Fête de l'Humanité 2022presse écritejournalismel'humanité