Audiovisuel Riester présente son projet contesté de réforme

Jeudi, 5 Décembre, 2019

Le Conseil des ministres va plancher aujourd’hui jeudi  sur le projet de loi sur l’audiovisuel.

Le Conseil des ministres va plancher aujourd’hui sur le projet de loi sur l’audiovisuel. Il s’agit de la plus grosse réforme du secteur depuis 1986. Son point nodal est la constitution d’une holding qui regrouperait la plupart des sociétés de l’audiovisuel public : France Télévisions, Radio France, l’INA et France Médias Monde (RFI et France 24). Arte et TV5 Monde n’y seraient pas intégrés. La mesure inquiète, d’autant que le gouvernement a restreint de façon drastique, ces deux dernières années, les moyens de l’audiovisuel public. La loi réfléchie par le ministre de la Culture, Franck Riester, modifierait aussi les attributions du Conseil supérieur de l’audiovisuel, qui intégrerait la lutte contre le piratage. Cette nouvelle structure se nommera Arcom (Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique). Outre ses pouvoirs actuels, elle pourra aussi réguler le trafic sur Internet. Enfin, la loi prévoit un assouplissement de la publicité : les films de plus de deux heures pourront être coupés davantage sur les chaînes privées, et une petite partie de cette réclame pourra être géolocalisée. Les chaînes pourront aussi diffuser jusqu’à 244 films par an. Côté financement, Franck Riester veut que les plateformes de vidéos à la demande, comme Netflix ou Amazon Prime, et Disney+ demain, puissent être taxées. Ca. C.

×